Comme vous le savez, l’année 2021 est pour le Jakaré une année très importante. Malgré la pandémie et toutes ses conséquences en termes d’activités touristiques, nous en avons profité pour découvrir d’autres mers, beaucoup d’endroits insolites et des fonds sous-marins toujours inexplorés. En août, après avoir refait une petite beauté au Jakaré, nous avons décidé de naviguer sur la mer de Florès. En effet, le 21 août nous sommes partis en direction d’Alor, l’Est de l’île de Florès. Au départ de Labuan Bajo, après avoir navigué toute une nuit, c’est près d’un petit banc de sable que nous avons réalisé notre première plongée du séjour ; Pasirita – qui vient du mot « pasir » et qui signifie sable en Indonésien. C’était une belle plongée avec une visibilité de plus de trente mètres. Puis, nous avons vogué en direction de Pulau Raja « l’île Roi ». Cette île est un volcan dont le sommet est entouré de petits villages. La flore y est très dense avec des bananiers et des cocotiers à perte de vue.  Une fois sur le site, nous nous sommes immergés deux fois. La carte postale sous-marine qui défilait sous nos yeux était tout simplement magnifique. Avec ses tombants à couper le souffle, sa topographie particulière digne d’un paysage volcanique, comme le prolongement sous la surface du paysage. Une eau crystalline, d’une visibilité éblouissante. Après avoir profité pleinement de notre journée sur l’ile Roi et nous être émerveillés du soleil couchant sur le volcan, de cet instant toujours magique qui donne la chair de poule aux plus blasés d’entre nous, nous sommes repartis en direction des l’îles Pomana. 

Pomana Kecil

Ce n’est qu’au petit matin que nous avons découvert les récifs de la grande et de la petite Pomana « Pomana Besar & Pomana Kecil ». Les fonds des Pomana sont peuplés de poissons de récif ; des bancs de poissons balistes à dents rouges, des poissons chirurgiens ainsi que des Gaterins mouchetés. Il y a beaucoup de sable, beaucoup de roches sur les tombants et les coraux mous sont splendides. L’eau est chaude et transparente, ce qui bien entendu, plait à tout le monde. 

Pangabatang Kecil

Nous avons passé l’après-midi près de Pangabatang, premier point d’amarrage et premier répit pour le moteur du Jakaré ! De concert, comme une mécanique bien huilée, l’équipage du Jakaré avait préparé un petit salon pour que les invités puissent apprécier le coucher de soleil vue d’un banc de sable. Et c’est à la fois lentement mais toujours trop vite qu’il se coucha sur l’incroyable l’île de Florès, laissant ses couleurs feux rougir le ciel. 

Coucher de soleil à Pangabatang Kecil

A l’aube nous avons repris la navigation jusqu’au Cap Gedong, où nous avons réalisé une immersion très matinale. Sur le Jakaré, ce sont nos préférées. Les couleurs et les comportements de la faune marine sont différents, plus réels, plus sauvages aussi. C’est très souvent à l’aube que se font les plus belles rencontres. Quelques heures plus tard, nous repartions.

Et c’est aux abords de l’île de Serbete que nous avons plongé sur le fameux « Shark Plateau » – le plateau aux requins – et son nom comme il l’indique, croyez-moi, ne ment pas. Nous avons surement vu une trentaine de requins de récif, pointes noires et pointes blanches, côtoyant des raies pastenagues marbrées géantes et fait de belles rencontres avec des requins gris ! 

Par la suite, nous avons pris la route des îles Kroko. Non, pas crocro avec un c comme crocodiles, mais kroko avec un k, dont les caractéristiques sous-marines sont des tombants, remplis de grottes et de caves semi-ouvertes, de passages secrets entre les rochers, et des coraux en excellente santé. Une plongée à faire et à refaire sans hésiter. 

Puis nous nous sommes abrités dans la baie de Laba Laba, quel joli nom, pour réaliser notre première plongée de nuit, pleine de surprises ! 

Nous avons continué notre périple en direction d’une magnifique baie, Teluk Lewaling et sommes arrivés à destination au petit matin. C’est toujours un moment privilégié que de découvrir au petit jour d’extraordinaires paysages. A droite nous avions une vue imprenable sur le volcan Boling et en premier plan, sur le volcan Ile Ape. A gauche nous pouvions voir d’incroyables plages désertes et l’immensité de la baie.

 

Ile Ape, Teluk Lewaling

Nous avons plongé toute la journée dans le Teluk Lewaling, commençant par la macro et finissant par les pélagiques. Passant de dizaines de nudibranches, de poissons feuilles et de minuscules antenaires aux raies léopard dans le bleu, nos yeux ne pouvaient se détacher des magnifiques coraux qui nous entouraient. Tout au long de la côte, des plages de sable noir à perte de vue, des cocotiers et des palmiers comme ceux qui peuplent nos rêves les plus exotiques. 

Après cinq jours intenses de croisière, nous sommes arrivés à notre principale destination : le détroit Pantar. Dans la province d’Alor, il y a trois channels principaux : Boiling, Alor et Pantar. Les détroits Boiling et Alor, connus pour leurs courants très forts et dont la puissance varie avec la lune ne peuvent être empruntés qu’à certaines périodes de l’année. Fin août, le vent est à son comble et ce n’est que vers fin septembre qu’il change de direction. Boiling et Alor nous étaient alors interdits. Au sud de l’île de Lembata se trouve un petit village très connu pour sa culture de la pêche des baleines. Par an, selon les légendes, il suffit d’une baleine pour permettre à tout le village de se nourrir pour des mois. Ainsi ils peuvent troquer de la nourriture contre d’autres marchandises. Ce village d’une importante histoire culturelle, nous le visiterons une prochaine fois ! 

Le détroit d’Alor est le plus reconnu pour la richesse de ses fonds marins. Ses forts courants apportent énormément de nutriments. Dans le nord du chanel, l’eau est chaude, entre 27° et 29° Celsius avec une eau cristalline et 30 à 40 mètres de visibilité. Cependant, dans le sud du détroit, les eaux peuvent être beaucoup plus froides, pouvant tomber jusqu’à 20° Celsius avec une eau plus trouble. Depuis quelques années, Alor est un endroit de plus en plus fréquenté pour la plongée sous-marine. Et nous avons tous compris pourquoi. Une seule expression pour décrire ce qui s’y cache : WOOOOWWW. Une première pour le Jakaré mais certainement pas la dernière. Quel périple, quelle expérience ! 

 


Tombants sous-marins autour de Pulau Pura, Province d’Alor

Alor est d’une richesse incroyable pour ses coraux. Des coraux mous, des coraux durs, de magnifiques gorgones et d’immense éponges. Ce qui nous a le plus impressionné c’est la grandeur de ses murs. Tous les sites de plongée aux alentours des îles du Nord, Pulau Buaya, Pulau Reta et Pulau Pura, à l’ouest avec Pulau Pantar et Alor-Kecil à l’Est du détroit, sont composés de murs, de tombants impressionnants et incroyables. Ils brillent sous l’eau et la visibilité à la surface est de 40m. Et plus vous descendez, plus la visibilité semble s’accroître. Les coraux y sont de toutes les couleurs, rouge, orange, vert, rose, violet, des couleurs et d’une luminosité à couper le souffle. Des pélagiques passent de temps à autre, thons à queue jaune et bleue, thons à dents de chien, maquereaux espagnols, quelques requins de récifs, pointe blanche et pointe noire. Le bleu de cette eau nous donne l’envie de grandeur, de rêver. Entre émerveillement, contemplation et moments un peu plus sportifs, Alor nous a comblés. Sportif car quand le courant d’Alor se déchaine, il vous décoiffe ! Nous avons passé quatre jours inoubliables sur Alor et les plongées de nuit furent elles aussi à la hauteur des promesses du site, incroyables. 

 

Jardin de Corail, Détroit de Pantar, Province d’Alor

 

Créature sous-marine, Province d’Alor

Le sud du détroit est également très impressionnant pour toute sa macroscopique vie sous-marine. Dans la baie de Beang Abang, il y a des sites de plongées très intéressants, sous la grande Jetty ou encore tout au long de la plage au sable noir. Vers l’extérieur de la baie, nous avons eu une belle surprise, quelques requins marteaux nous attendaient dans le bleu.

Baie de Beang Abang, Sud du détroit Pantar

Les habitants d’Alor-Kecil ont été très aimables et servants avec nous, ils nous ont aidés à refaire le plein de fruits, légumes et de poissons frais. Puis, nous avons débarqué sur l’île de Pura, afin de goûter le célèbre alcool local – le Sopi. Nous y avons découvert tout le procès de distillation. Tout le village vit grâce à cette économie, les gens de toutes les îles des alentours viennent sur Pura pour acheter le Sopi. 

Fabrication et dégustation du Sopi artisanale, Ile de Pura

Nous avons également distribué des livres et des stylos pour toutes les écoles des villages excentrés. Les enfants étaient ravis quand ils sont montés sur le bateau et tous, arboraient de grands sourires. Nous avons eu la chance de rencontrer toutes les femmes de Pulau Reta, Buaya ainsi qu’Alor-Kecil lorsqu’elles sont montées à bord du Jakaré afin de nous présenter toutes leurs œuvres artistiques. On se croyait à « Pasar Jakaré » – le marché du Jakaré. Les couleurs étaient si belles, la texture si travaillée et les sourires si beaux que tous nos invités sans exception ont craqué et acheté des sarongs artisanaux. 

Tisseuses Artisanales, Province d’Alor

Afin d’achever ces derniers jours de façon mémorable, nous avons admiré un dernier coucher de soleil et ouvert nos voiles en face de l’ile de Pura. Sensation incroyable ! 

Ouverture des voiles devant l’île de Pura

Puis nous avons continué notre chemin en direction de Pulau Komba. Cette dernière île est tout simplement magnifique et très riche. Nous avons navigué toute la nuit pour arriver au petit matin jusqu’à côté du cratère. Pulau Komba est un volcan actif entouré d’eau, à quelques kilomètres des côtes, ce paysage vaut le détour. Nous y avons passé notre dernière journée, et c’était le top du top ! Les plongées sont très belles, une topographie extraordinaire avec du sable noir, des bulles sortant des fonds-marins, et des coraux mous de toutes les couleurs. Nous avions l’impression de plonger dans une forêt noire dont le sol était tapissé de couleurs très flash. Les coraux mous ressemblaient à des saules pleureurs : rouge, rose, violet, vert, bleu clair. C’était à couper le souffle, une de nos plongées préférées. Puis nous avons également découvert des sites inexplorés, avec de grands tombants, des passages secrets, des grottes semi-ouvertes et de grands pinacles sous-marins. Le récif est constitué de coraux durs près de la surface, remplis d’anthias ainsi que d’immenses tables de corail. Tout autour du volcan, ce sont des crètes sous-marines avec des baies sableuses où l’on peut apercevoir beaucoup de pélagiques. La visibilité de Komba est de plus de 40 mètres. Plus nous nous approchions du cratère, plus l’eau était chaude, entre 28° et 30° Celsius. Cette eau si bleue crée beaucoup de contrastes avec les coraux très colorés et le sable noir. Sans oublier les paysages en surface ; multitude de petites criques au sable noir, des coulées de laves tout autour du volcan. Du côté Est, nous pouvons clairement voir le cratère avec des endroits jaunes dus au souffre ainsi que de la fumée qui en sort constamment. Du côté Ouest, la flore est plus dense, avec de très jolies couleurs. Nous sommes restés ici pour profiter de notre  dernier coucher de soleil, certains en buvant l’apéro, d’autre profitant de cet endroit idyllique pour une séance de Yoga. 

Pratique de Yoga admirant le coucher du soleil, L’île volcanique de Komba

Puis nous sommes rentrés en navigant de nuit jusqu’à Maumere.

En résumé, Alor est une destination fabuleuse, à ne pas manquer ; pour tous ! Oh, nous avons presque oublié de vous dire : tous les jours nous assistions aux ballets majestueux de centaines de dauphins et pouvions admirer quelques baleines, remontées en surface pour nous saluer ! Alor est un paradis sur terre et sous-marin ! A bientôt Alor.

Bye-bye mais à l’année prochaine car tu nous manques déjà.